Vous pouvez télécharger le document en version pdf en cliquant ici.

Cahier des charges

Version : 24.12.2021

  1. Identification du poste : Pasteur.e au service de l’Eglise Évangélique du Caire (EEC) et de l’Église Protestante d’Alexandrie (EPA), en charge de développer des relations avec le protestantisme égyptien en collaboration avec ACO et DM, appelé.e à vivre une ouverture sur les questions œcuméniques et interreligieuses locales.

2. Titulaire et taux d’activité : Poste à temps complet à pourvoir dès l’été 2022 (août / septembre)

Préambule :

L’Egypte comprend la plus grande minorité chrétienne dans un pays arabo-musulman, de 8 à 12% d’une population qui connait par ailleurs une démographie très élevée. Malgré l’existence de tensions communautaires ou d’activisme islamiste, l’identité égyptienne inclut pleinement les coptes qui sont aujourd’hui mieux reconnus et soutenus par l’Etat. L’actuel président tient un discours d’ouverture à la diversité religieuse et à la liberté de croyance, même si dans les faits la liberté religieuse est appelée à progresser. Sans nier certaines réalités difficiles, les responsables d’Eglise soulignent que les chrétiens égyptiens ne vivent pas en régime de persécution, quoi qu’en disent certaines organisations chrétiennes occidentales.

L’Eglise principale, « copte orthodoxe », a une histoire remontant au premier siècle de l’ère chrétienne. Seconde confession chrétienne du pays, le protestantisme égyptien, né principalement des missions anglo-saxonnes au XIXème siècle, est également le plus important du monde arabo-musulman. Il compterait entre 1 et 2M de personnes et est en expansion.

Par ailleurs, l’institution Al-Azhar, située au Caire, constitue une référence majeure du monde musulman sunnite et est un interlocuteur incontournable pour les questions interreligieuses sur le plan mondial. Institution conservatrice, elle est pourtant en évolution et peut susciter des réformes face aux mouvements salafistes et wahabites. 

Sur le plan géopolitique, l’Egypte occupe une position majeure au Proche-Orient, que ce soit en direction du Maghreb (notamment en Lybie), en Afrique subsaharienne (vis-à-vis des Soudans et de l’Ethiopie, pays liés par le Nil), avec les pays du Golfe (alliances), dans le cadre du conflit israélo-palestinien (rôle de médiation entre Israël et le Hamas dans la bande de Gaza, ou entre les factions palestiniennes). Le pays est largement soutenu par l’Occident (USA, France…) qui mesure l’importance de sa stabilité… malgré l’autoritarisme du pouvoir actuel et le manque de libertés démocratiques. Cette situation qui semble aujourd’hui verrouillée ne doit pas faire oublier l’importance du bouleversement des « Printemps arabes » dans les mentalités et les attentes de la nouvelle génération : il y a une soif de changement et d’ouverture chez beaucoup, ce qui permet également de vivre des rencontres et des projets qui n’étaient pas imaginables autrefois.

Enfin, malgré les difficultés économiques internes, le pays reste attractif pour des migrants africains, dont la présence est significative. Il s’y trouve également des communautés importantes d’expatriés occidentaux.

Les paroisses protestantes francophones du Caire et d’Alexandrie ont une histoire remontant au XIXème siècle dans le cadre de la présence d’expatriés européens de différentes nationalités. A la fin du XXème siècle le poste pastoral restant, au Caire, était lié aux Eglises suisses et la question de la pertinence de ce poste et de l’existence même de la communauté s’est posée.

Suite à une mission menée au début des années 1990 par des délégués de l’ACO, l’ACO France et DM ont fait le choix de soutenir l’existence de l’EEC et de l’EPA et de financer ensemble un poste pastoral. En 1998 l’EEC et l’EPA ont décidé de fusionner et de créer un Conseil de paroisse unique. Cependant les deux entités subsistent légalement aux yeux des autorités égyptiennes.

Depuis cette époque le choix de financer le poste pastoral s’est maintenu tout en tenant compte de l’évolution de la paroisse, aujourd’hui de taille modeste et composée entièrement de personnes originaires d’Afrique subsaharienne.

Depuis 2013, il a été convenu que l’accompagnement pastoral des différentes réalités paroissiales devait se lier à un travail de relations avec le protestantisme égyptien, d’ouverture aux questions œcuméniques et interreligieuses locales, ainsi qu’au suivi des projets de l’ACO et de DM en Egypte.

Cette nouvelle manière d’envisager le poste pastoral a été pour la première fois mise en œuvre durant le ministère du pasteur Michael Schlick (2016-2022).

Il est à noter que l’EEC et l’EPA sont membres de la CEEEFE qui est de fait un partenaire important aux côtés de l’ACO et de DM. La convention qui régit les conditions d’envoi sur le poste pastoral du Caire et d’Alexandrie est signée par l’EEC/EPA, l’ACO, DM, la CEEEFE et le ou la pasteur.e retenue pour le poste.

Mission générale :

1. Assurer les différentes missions pastorales (responsabilités des paroisses en collaboration avec le Conseil, accompagnement spirituel, catéchèse, aumônerie, diaconie, gestion des bâtiments, questions juridiques, suivi financier…),

2. Développer des relations avec le protestantisme égyptien en collaboration avec l’ACO et DM (tisser des liens entre la paroisse et des réalités protestantes égyptiennes, suivre les projets ACO et DM en Egypte, imaginer des projets entre les protestantismes suisses et français et le protestantisme égyptien)

3. Selon les projets et les opportunités liés aux points précédents ou à de nouvelles initiatives, avoir une ouverture aux questions œcuméniques et interreligieuses locales.

Description du poste :

Le travail pour l’EEC et l’EPA est considéré comme un mi-temps, les autres engagements comme un autre mi-temps. Les deux mi-temps doivent être un indicateur, non pas pour un planning hebdomadaire ou mensuel, mais pour le travail à l’échelle annuelle.

Sur l’ensemble de son ministère, le/la pasteur.e est en relation suivie avec les partenaires : ACO, DM, CEEEFE. Des entretiens réguliers ont lieu, par visioconférence ou lors de visites des partenaires, pour discerner ensemble les orientations fondamentales et acter les décisions importantes.

  1. Pasteur de l’EEC et de l’EPA :

Au Caire (ECC) :

  • En collaboration avec le Conseil, coordonner et animer l’ensemble des rencontres de la vie communautaire de la paroisse (cultes, actes pastoraux, catéchèse d’adultes, visites, chorale, travail de jeunesse…),
  • Poser des repères théologiques et liturgiques luthéro-réformés dans la pratique cultuelle et dans la formation des membres de la communauté tout en vivant l’ouverture interculturelle liée à l’africanité et à l’arrière-plan ecclésial de ses membres,
  • Penser et organiser la dimension diaconale de la vie paroissiale, qui concerne aussi des membres de la communauté,
  • Continuer à tisser des liens avec les réalités paroissiales d’Alexandrie (déplacements, cultes à Alexandrie, etc.),
  • Suivre de près les questions statutaires (statuts de l’Eglise, tenue des AG, liste des membres de la paroisse…), financières, juridiques et matérielles (presbytère),
  • Continuer d’ouvrir la communauté aux réalités du protestantisme égyptien, aux projets de l’ACO et DM en Egypte, aux questions œcuméniques et interreligieuses,
  • Interroger la possibilité pour la paroisse de se réengager dans le travail œcuménique d’aumônerie des prisons à Kanater,
  • Elargir l’audience de la communauté par un travail de communication envers les locuteurs francophones présents au Caire (notamment les personnes originaires d’Afrique francophone et de Madagascar).

 A Alexandrie (EPA) :

  • Accompagner (au niveau pastoral mais aussi matériel et légal) le travail de Mme Jeannette (association Al-Phanar, accueil de 9 femmes atteintes de handicaps mentaux) au sein de la Maison de l’Espérance, propriété de la paroisse. Marquer l’appartenance du lieu à la paroisse par des visites régulières (studio pour le/la pasteur.e), suivre la question de la rénovation de la villa, développer les relations entre la communauté du Caire, l’aumônerie universitaire et la villa (animation, rencontres, liens institutionnels).
  • Poursuivre le travail d’aumônerie avec les étudiants francophones de l’université Senghor (et des autres universités), et interroger la possibilité de continuer ce ministère après le déménagement des universités en périphérie de la ville.
  • Poursuivre la collaboration, les liens fraternels et diaconaux, avec le pasteur Samuel Majak et la communauté protestante soudanaise d’Alexandrie ; développer le soutien à son ministère en lien avec l’ACO et DM.
  • Entretenir des relations avec les responsables d’institutions chrétiennes à Alexandrie, notamment les paroisses du Synode du Nil, et avec des institutions européennes.
  • Développer une réflexion sur l’avenir du Temple, monument historique en besoin de rénovation.

2. Développement des relations avec le protestantisme égyptien, ouverture aux questions œcuméniques et interreligieuses

Le champ est vaste et il ne peut être question de s’investir dans toutes les potentialités qu’offre le poste. Il s’agira de discerner et de définir des priorités en fonction des rencontres, des attentes, des charismes et des opportunités, toujours en dialogue avec l’ACO et DM.

         Voici des attendus :

  • Entretenir des relations de confiance avec la Présidence des Eglises Protestantes d’Egypte, notamment le Dr. Rev. Andrea Zaki et son bureau,
  • Être en relation avec le Synode du Nil, la principale Eglise protestante égyptienne, en établissant des liens avec son secrétaire général, en participant à des pastorales et des rencontres générales, en nouant des relations avec des collègues,
  • Être en relation avec l’ETSC (le séminaire protestant du Caire) : possibilité de participer au programme de cours, d’organiser des conférences, de contribuer à l’échange spirituel et théologique avec les étudiants et professeurs, de valoriser les ouvrages théologiques francophones traduits en arabe (projet ACO et DM avec le CEOSS), d’organiser des rencontres avec des étudiants en théologie français et suisses…
  • Être en relation avec la grande ONG protestante, le CEOSS, pour les projets de l’ACO et DM (traduction d’ouvrages de théologie francophone en arabe, soutien à des projets de « peace building » et de dialogue entre communautés chrétiennes et musulmanes),
  • Participer à l’accueil des envoyés de l’ACO et de DM (volontariat au sein de l’établissement protestant du Synode du Nil le « New Ramses College » et au sein du foyer d’accueil de jeunes filles « Fowler ») en leur facilitant l’adaptation en Egypte, en étant à leur écoute, en les aidant sur le plan administratif…
  • S’intéresser à la poursuite du projet d’Académie pour le Dialogue (rencontres interreligieuses) lié au Synode du Nil.

Autres potentialités :

  • Développer des relations avec les autres Eglises étrangères, notamment la paroisse protestante allemande (EKD) au Caire, le Foyer des marins allemands à Alexandrie,…
  • Identifier les opportunités de rencontres œcuméniques au Caire (communautés liées au centre anglican St-John the Baptist, « lunch œcuménique », paroisse catholique francophone du Caire, monde copte orthodoxe…),
  • Développer des relations avec la société biblique égyptienne.

Fiche de poste

MISSIONS et DESCRIPTIONS

Cf. le cahier des charges

Localisations :

               Au Caire : le/la pasteur.e et sa famille logent dans un presbytère qui consiste en un appartement rénové au sein d’un immeuble bien situé au centre-ville. Le presbytère accueille les réunions du Conseil, d’autres petites rencontres d’Eglise ou des réceptions de petite taille (une quinzaine de personnes au maximum).

               Le lieu de culte au Caire utilisé par la communauté est situé dans un autre quartier (Maadi) : il appartient à une paroisse anglicane et accueille aussi d’autres communautés.

               A Alexandrie : le/la pasteur.e loge à la Maison de l’Espérance lors de ses visites. Le Temple appartient à l’EPA. Il accueille la communauté soudanaise du pasteur S. Majak, qui réside lui-même sur place dans un logement appartenant à l’EPA et se situant dans l’enceinte. Une autre communauté égyptienne fréquente le Temple. Le Temple est utilisé pour le travail d’aumônerie avec les étudiants de l’université Senghor et lors de cultes communs (paroissiens venant du Caire, étudiants de Senghor, invités, Soudanais…). Des temps de cultes ou des rencontres d’Eglise se vivent aussi à la Maison de l’Espérance.

RELATIONS HIERARCHIQUES

Le/la pasteur.e est un.e envoyé.e de l’ACO et de DM qui portent conjointement le poste sur le plan administratif et financier. ACO et DM assurent également un accompagnement et un suivi de leur envoyé.e, pasteur en Egypte.

Le/la titulaire du poste est tenu.e d’entretenir des relations régulières avec le directeur de l’ACO et la responsable Moyen-Orient de DM pour faire le point sur l’évolution de son ministère, le suivi de la paroisse et des divers projets, ses réalisations et ses difficultés, ses questionnements et ses souhaits.

Le/la titulaire du poste est tenu.e de rédiger des rapports d’activité et de fournir, selon les demandes, des articles, lettres de nouvelles, photos et témoignages pour le besoin de la communication de l’ACO et de DM. Durant ses séjours en Europe, l’ACO et DM peuvent lui demander de témoigner de son travail lors de cultes et de rencontres d’Eglise.

Le/la titulaire du poste travaille en étroite liaison avec le Conseil Presbytéral, dont il/elle est membre. Il/elle en est l’autorité théologique et spirituelle. Le/la pasteur.e informe le Conseil Presbytéral de la paroisse sur l’ensemble de ses activités.

Le Conseil Presbytéral a de son côté la charge d’accompagner le/la pasteur.e et de collaborer avec lui/elle dans tous les aspects de son ministère. Le Conseil est en charge des aspects matériels et administratifs de la vie de l’Eglise. Il est le garant de la régularité des élections, il veille à ce qu’un.e président.e laïque, un.e trésorier.e et un.e secrétaire soient élus et remplissent leur mission de manière satisfaisante. Un.e vice-président.e peut également être élu[1].

L’EPA dispose d’un.e ou deux représentant.e.s au Conseil Presbytéral du Caire, généralement un.e délégué.e élu.e par les étudiant.e.s de Senghor participant à l’aumônerie.

PROCESSUS D’EMBAUCHE ET CONDITIONS MATERIELLES

Sélection, formations complémentaires

Le/la candidat.e suit les processus de sélection et les formations demandées en usage dans les organismes d’envoi suisse (DM) ou français (coopération de l’ACO avec le DEFAP).

Les candidat.e.s suisses ou lié.e.s aux Eglises protestantes suisses suivent le parcours mis en place par DM, l’ACO y étant associé.

Les candidat.e.s français.e.s ou lié.e.s aux Eglises protestantes françaises suivent le parcours mis en place par l’ACO, en coopération avec le DEFAP, le DM y étant associé.

Pour les candidat.e.s d’autres nationalités, le choix sera fait de manière concertée par l’ACO et DM.

Le Conseil de l’Eglise examinera la ou les candidatures transmises par l’ACO et DM et procèdera au vote avec entière liberté pour accepter ou rejeter telle ou telle candidature.

Salaire

Le/la pasteur.e retenu.e, lié.e aux Eglises suisses, est administrativement géré.e par DM. Il/elle est rémunéré.e selon les conditions définies par DM.

Le/la pasteur.e issu.e de l’EPUdF reste administrativement attaché.e à son Eglise. Il/elle est rémunéré.e selon les conditions définies habituellement par l’EPUdF. L’EPUdF met à disposition son ministre auprès de l’ACO selon la convention qui lie les deux organismes.

Le/la pasteur.e issu.e de l’UEPAL doit se mettre en congé de son Eglise car les postes pastoraux du Bureau des cultes ne peuvent pas être détachés à l’étranger. Il/elle peut intégrer l’EPUdF comme « ministre associé » selon une convention UEPAL – EPUdF à établir. Il/elle sera rémunéré.e aux conditions de l’EPUdF.

Pour les pasteur.e.s issu.es d’autres Eglises un cadre administratif sera trouvé de manière concertée par l’ACO et DM.

Dans tous les cas une attention sera portée aux questions de sécurité sociale et de cotisation retraite afin de ne pas pénaliser le/la candidat.e retenu.e.

Logement

Le/la titulaire du poste et sa famille sont logés au presbytère de la paroisse du Caire (rue Shérif). Ce logement est équipé, meublé et entretenu par la paroisse.

Outils de travail

Afin de faciliter les conditions d’exercice de la mission :

  1. Une indemnité mensuelle forfaitaire de 350€, en plus de la rémunération, est versée pour couvrir les frais de transport (métro, taxis, trains) et d’autres frais divers de fonctionnement (téléphone portable, bureautique, frais de réception…).
  2. L’EEC et l’EPA assurent l’équipement du presbytère (cuisine, réfrigérateur, bureau, ordinateur paroissial, mobilier complémentaire…) et prennent en charge les frais de téléphone (poste fixe) et d’abonnement à internet lié à l’activité pastorale.
  3. Des frais de formation en langue arabe (dialecte égyptien) peuvent être financés à la demande et selon négociation.

PROFIL SOUHAITE

Il est attendu du/de la candidat.e :

  1. un master en théologie (ou équivalence),
  2. une bonne connaissance de l’anglais permettant de soutenir une discussion courante (essentiel au quotidien et dans les relations avec le protestantisme égyptien),
  3. une solide expérience pastorale et paroissiale, ancrée dans le monde luthéro-réformé,
  4. une expérience ou une ouverture aux questions interculturelles sachant qu’il/elle sera confronté.e au moins à une double interculturalité, celle des paroissiens originaires d’Afrique subsaharienne (diverses cultures africaines et diverses origines confessionnelles), et celle de l’Egypte (monde arabo-musulman-copte égyptien),
  5. une ouverture aux réalités de l’Eglise Universelle, une capacité à accueillir et accompagner des paroissien.ne.s de différentes traditions, sensibilités religieuses et origines confessionnelles,
  6. une capacité d’adaptation et de souplesse dans la vie quotidienne, personnelle et professionnelle (en Egypte, chaque journée est surprenante et pleine d’imprévus stimulants… et parfois fatigants),
  7. une ouverture œcuménique et un intérêt pour l’islam et les relations islamo-chrétiennes,
  8. sans être un.e expert.e, une capacité à suivre des questions juridiques et administratives, à monter des projets liés à des bâtiments et à suivre des travaux.

***

Pour s’informer et/ou poser candidature

Pour les pasteurs français ou liés à la France, merci de contacter l’Action Chrétienne en Orient :

Mathieu Busch, pasteur et directeur de l’ACO

7 rue du Général Offenstein – 67100 STRASBOURG – www.action-chretienne-orient.fr

Courriel : aco.france@gmail.com ; mathieu.busch@orange.fr 

Téléphone du directeur : 06 80 70 71 75 ; secrétariat de l’ACO : 03 88 40 27 98

Pour formaliser votre candidature merci d’adresser une lettre de motivation et un CV.

Les candidatures seront examinées dans l’ordre d’arrivée.


[1] Les statuts actuels de l’Eglise sont en cours de révision.