Le courrier suivant nous a été adressé le 13 juillet par le pasteur Joseph Kassab, secrétaire général du Synode Arabe (ou NESSL pour National Evangelical Synod of Syria and Lebanon, la principale Eglise presbytérienne de langue arabe en Syrie et au Liban, l’un des 6 membres de l’ACO Fellowship, notre structure internationale).

Chers amis et partenaires en Christ,

Les territoires syriens sont toujours morcelés, davantage sous le contrôle de forces régionales qu’internationales. Plus de 60% du pays se trouve sous l’autorité du gouvernement syrien, appuyé par ses alliés la Russie et l’Iran. Néanmoins le Nord-Ouest est contrôlé par des milices islamistes supportées par la Turquie tandis que les Kurdes aidés par les États-Unis contrôlent le Nord-Est (à l’exception d’une bande de territoire sur une partie de la frontière nord envahie par la Turquie en octobre 2019, note de l’ACO).

Cependant les effets de la « Loi César »* imposés au gouvernement syrien n’épargnent pas les populations syriennes de ses conséquences sur l’ensemble du pays. Cette loi a intensifié les souffrances des syriens, après des années de guerre qui a appauvri le pays et sa population.

Aujourd’hui j’ai reçu un rapport de nos deux pasteurs qui servent dans le Nord-Est de la Syrie (Qamishli, Hassaké, Malkieh) [Cette région à l’Est de l’Euphrate est appelée la Djézireh. Les pasteurs évoqués sont Firas Farah et Mathilde Sabbagh. note de l’ACO].

Ils nous informent au sujet des besoins humanitaires quotidiens qui ont récemment beaucoup augmentés :

1) Depuis douze jours il n’y a plus d’eau courante dans les maisons.

2) Depuis des mois il y a des coupures de courant. L’électricité n’est disponible que deux heures par jour.

3) Les prix des abonnements à des sources d’énergie alternatives provenant de générateurs privés montent en flèche. Cela est du à la pénurie de diesel et à la détérioration de la monnaie locale face au dollar. Les gens ne peuvent plus se permettre de payer et voient leurs abonnements résiliés.

4) Une grave pénurie de médicaments, notamment pour les maladies chroniques.

5) La fermeture de boulangeries en raison du manque de blé, alors que le pain est l’aliment de base quotidien pour les syriens pauvres. [Il est estimé que 80% des syriens se trouvent sous le seuil de pauvreté, note de l’ACO]

6) « L’auto-administration » kurde qui contrôle la vie institutionnelle de la région continue d’exiger l’application du programme scolaire kurde dans les écoles privées et gouvernementales. Cette année encore ils relancent leur campagne agressive pour imposer leur programme dans les écoles chrétiennes.

7) Et bien sûr le Covid-19 s’ajoute à cette situation désastreuse alors que l’insuffisance des services de santé prédomine toujours.

Vue cette situation générale, la plupart des chrétiens qui restent dans le Nord-Est déplorent leur condition actuelle, regrettant de n’avoir pas quitté le pays durant les années de guerre où des occasions de partir étaient encore possibles pour eux.

Aujourd’hui chrétiens et non-chrétiens frappent à la porte de leurs églises pour chercher de l’aide et du soutien. Ils sentent que leur seule chance de survivre à leur agonie quotidienne vient de Dieu et du peuple de Dieu. Le Synode évangélique national de Syrie et du Liban essaye, avec l’ensemble de ses partenaires, d’agir à la hauteur de l’appel du Christ.

Gardez les chrétiens de Syrie dans vos prières et pensées, et que Dieu abrège ces jours sombres et prépare au plus vite des jours de paix et de stabilité.

                        Pasteur Joseph Kassab,

                        Secrétaire Général du NESSL

(National Evangelical Synod of Syria and Lebanon)

* La Loi César est une loi américaine qui est entrée en vigueur à la mi-juin 2020 et qui impose de nouvelles sanctions très dures au régime syrien et à tous ses « soutiens », personnes, entités ou pays.  Dans les faits cette loi entrave les relations économiques, par exemple entre le Liban et la Syrie qui sont très liés, et impacte l’ensemble de l’économie syrienne déjà mise à mal et donc toute la population. Beaucoup dénoncent un véritable blocus économique qui pénalisera surtout les plus faibles.  Le PAM (Programme Alimentaire Mondial) affirme que plus de 9 millions de syriens vivent dans un état d’insécurité alimentaire alarmant.

Voici un article sur le sujet paru sur le site de RFI : ici.

Un autre dans Le Monde : ici.

Les photos ci-dessous proviennent d’une visite d’Eglise effectuée par Mathieu Busch, directeur de l’ACO, dans le Nord-Est de la Syrie en mars 2019.

Qamichli, ville située sur la frontière turque

Hassaké, autre ville importante du Nord-Est de la Syrie

Paysages de la Djézireh, villages de Malkieh et Khanik sur la frontière irakienne