Téléchargez  la lettre de prière n°41 de mars 2020. Proposée par l’Union des Eglises Evangéliques Arméniennes du Proche-Orient (UAECNE) elle nous donne des nouvelles de la paroisse protestante arménienne de Bagdad (le document est disponible en pdf ici )

L’UAECNE (Union des Eglises Evangéliques Arméniennes du Proche-Orient) nous envoie cette lettre de prière de la part de l’Eglise Evangélique Arménienne de Bagdad, alors que le pays traverse d’immenses perturbations internes avec violence, perte de vies et une émigration hors du pays qui continue. Toute la région du Moyen-Orient est en ébullition à plusieurs niveaux, mais avec cette lettre, nous vous demandons tout spécialement de soutenir dans vos prières notre ministère en Irak.

« En toutes choses et en toutes circonstances, que le nom du Seigneur soit glorifié »

La situation générale en Irak

La situation en Irak depuis les années 2003-2014 a été tragique et sanglante, contraignant un grand nombre de familles chrétiennes et non-chrétiennes à immigrer loin de l’Irak pour chercher la sécurité et la paix à l’étranger. A partir de 2014, une nouvelle détérioration s’est installée lorsque Daech envahit les zones au nord de l’Irak. Daech a tué, brûlé et déplacé des milliers de familles chrétiennes. Jusqu’à aujourd’hui les chrétiens déplacés qui sont restés dans le pays ne sont pas tous revenus dans leurs villes et villages.

Depuis le 1er octobre 2019, une nouvelle vague terrible de protestation a éclaté dans tout le pays et spécialement dans la capitale Bagdad. Depuis le 1er octobre toutes les écoles, les collèges et les universités sont fermés, la plupart des entreprises et les bureaux des services sociaux gouvernementaux sont paralysés. Les hôpitaux sont remplis de blessés, les trois ponts principaux et la plupart des routes principales de Bagdad sont bloquées. Les entreprises privées ont souffert, les services d’internet et les réseaux électriques sont rarement disponibles. Des partis radicaux armés se livrent à des assassinats et des meurtres en public de reporters, journalistes et de citoyens innocents. A cause de ces vagues de violence, le nombre de morts a dépassé 650 et celui des blessés 9 000, selon les principales chaînes d’information.

Malgré tout ceci et au milieu de cette atmosphère d’enfer, l’Eglise se tient fermement et loue le Seigneur et célèbre son Saint Nom aussi régulièrement que possible, partout et chaque fois que cela est possible. La situation de la population chrétienne Les chrétiens d’Irak continuent à souffrir énormément. Leur émigration continue pour des raisons économiques, sociales et de sécurité. Beaucoup de familles chrétiennes ont reçu des menaces directes de groupes radicaux et ont été forcées de partir. La présence active chrétienne qui existait précédemment dans certains gouvernorats irakiens a complètement disparu. Dans d’autres gouvernorats la présence chrétienne est tombée à 1%. Les quelques personnes qui restent se demandent comment une famille chrétienne peut vivre dans une région comme celle-ci, survivre et garder espoir en l’avenir ?

Notre Eglise et notre communauté

Notre Eglise est toujours ferme à Bagdad, louant et priant el Seigneur. Tout comme au cours des dernières années, notre Eglise prêche toujours le salut de Jésus et proclame l’amour du Christ et compense les mauvais jours et les évènements dans le pays.

Nous, les dirigeants locaux de l’Eglise Evangélique Arménienne, nous avons la perception de tout ce qui se passe en Irak, dans une optique spirituelle, loin des vagues politiques et des hauts et bas de la politique de division en Irak. Nous faisons confiance aux paroles de Dieu et sommes confiants en ce qui est écrit dans la Bible et qui nous enseigne : « Car nous portons notre attention non pas sur ce qui est visible, mais sur ce qui est invisible. Ce qui est visible dure peu de temps, mais ce qui est invisible dure toujours. » (2 Corinthiens 4, 18). C’est pourquoi depuis 2014, notre Eglise a continué à servir en Irak et a pu apporter le témoignage du Christ à tant de gens.

Depuis le 1er octobre 2019, la situation a radicalement changé créant ainsi des obstacles dans presque tous les aspects de notre vie et de notre mission. Le blocage des routes principales et des ponts a poussé moins de croyants à se déplacer physiquement et à assister aux services religieux. Ainsi les dirigeants de l’Eglise ont commencé à rencontrer les croyants dans différents quartiers de Bagdad, c’est-à-dire dans les maisons des croyants. Ce fut une situation mitigée et de faiblesse logistique dans le ministère. C’est donc une préoccupation majeure qui a besoin du soutien de vos prières.

Une prière particulière

Oh Seigneur Jésus, tu es le Dieu très haut et toutes choses sont entre tes mains miséricordieuses. Toute la création est entre tes mains. Il n’y a rien hors de ton autorité, Oh Seigneur, au milieu de ces épreuves que nous traversons, ton Eglise et nous, nous t’appelons.

Nous t’implorons. Oh Seigneur, du cœur d’un pays qui a tant souffert pendant si longtemps, nous t’implorons en écoutant le bruit des armes et les voix de ceux qui appellent au secours pendant que nous assistons aux images de violence autour de nous. Nous sommes sûrs que les guerres, les maladies et les injustices de nos pays ne font pas partie de ta volonté pour l’humanité. C’est pourquoi nous prions pour que tu nous sauves du Mal. Dieu saint, étends ta main sur le monde entier et brise l’épine du diable, détruis les maux de ce monde et donne ta paix à notre monde qui souffre.

Oh Seigneur, nous prions, que ta paix vienne tout spécialement sur le Moyen-Orient. Nous prions pour l’Iran, l’Irak, le Liban et la Syrie. Ces pays et leurs croyants sont devenus enfants de la souffrance. Par ta miséricorde, entends nos prières et réponds-nous quand nous demandons ta paix et en même temps bénis tous ceux qui prient pour nous et ceux qui se souviennent de nous dans leurs prières.

« La prière fervente du juste a une grande efficacité » (Jacques 5, 16) Amen !

Norek Hovsepian, pasteur à Bagdad pour l’Union des Eglises Evangéliques Arméniennes du Proche-Orient.