Voici le courrier adressé le 8 août à l’ACO et aux partenaires par le pasteur Joseph Kassab, secrétaire général du Synode Arabe (NESSL – National Evangelical Synod of Syria and Lebanon), la principale Eglise protestante réformée (presbytériennes) au Liban et en Syrie.

Hélas ! la voilà seule, à l’écart, la ville autrefois si peuplée ! Elle est comme une veuve, elle autrefois si renommée parmi les autres peuples. Hier princesse dominant les provinces, à présent réduite aux travaux forcés ! (Livre biblique des Lamentations 1,1)

Chers frères et partenaires en Christ,

Je veux commencer par vous remercier pour les messages d’encouragements et d’empathie, et pour les prières que j’ai reçu de vous. Nous sommes bouleversés par votre amour et votre attention pour les innocents libanais qui ont souffert un des jours les plus tragiques de leurs vies. Malheureusement ils devront en porter les conséquences pour des années.

Quand en octobre 2019 les libanais manifestaient contre la corruption de leurs politiciens et la mauvaise gestion financière et économique de leur gouvernement, ils ne soupçonnaient pas l’existence de 2750 tonnes de matériel explosif stocké dans le port de Beyrouth, fait pourtant connu par le gouvernement et les officiers de sécurité. Les manifestants croyaient qu’ils se battaient pour leurs économies perdues, pour leur moyens de subsistance et l’avenir de leurs enfants. Il ne leur était pas venu à l’esprit qu’il y avait quelque chose comme une bombe qui causerait la mort de plus d’une centaine de personnes, les blessures de milliers et la mise à la rue de dizaine de milliers de familles hors de leurs logements.

A 18h le soir du mardi 4 août, une immense explosion secoua Beyrouth et ses banlieues depuis le port de la capitale. Les médias internationaux ont rapporté que l’explosion équivalait à un cinquième de la puissance de la bombe atomique qui fut larguée sur Hiroshima. La cause directe de l’explosion n’est pas encore connue, les observateurs divergeant dans l’interprétation, mais les libanais attendent qu’une enquête transparente internationale manifeste la vérité pour savoir qui les a tué, qui a déplacé les familles de Beyrouth et détruits leurs demeures.

Comme si cela n’était pas suffisant pour les Libanais que de faire face à l’effondrement financier et économique, à la corruption de leurs politiciens qui a conduit 55% de la population à vivre sous le seuil de pauvreté, à la pandémie du Covid-19, l’explosion a causé un dommage majeur au port de Beyrouth qui est d’une importance stratégique : il sert d’entrepôt aux plus importantes marchandises importées par la gouvernement, comme le blé et l’essence. En outre, environ 70% des échanges commerciaux entre le Liban et le reste du monde transitent par ce port crucial.

Aujourd’hui la population de Beyrouth vit une tragédie, un cauchemar, une complète apocalypse. L’Eglise est tenue de se montrer unie et solidaire avec les gens en ces temps difficiles. Ils pleurent et réclament que l’aide internationale ne passe pas par la classe politique qui a ruiné le pays et qui est prête à le voler une nouvelle fois. Ces personnes innocentes qui ont subi les dommages de l’explosion ne seront pas capables de faire face à cet effondrement avec leurs propres forces. Ils avaient à peine les ressources de subvenir à leurs besoins fondamentaux avant l’explosion. Imaginez comment ils pourraient réparer leurs domiciles et survivre aux jours qui viennent ?

A l’occasion de ce désastre, le Synode Arabe (NESSL) dirige son attention envers les personnes innocentes qui ont besoin de retourner dans leurs logements le plus vite possible.

Réhabiliter leurs domiciles est notre principale priorité à ce stade.

A travers « Compassion Protestant Society » (CPS) et votre soutien généreux cette tâche peut être accomplie [pour une présention du projet de CPS « Beirut Hope » cliquez ici].

Les familles déplacées ont beaucoup de besoins, mais pouvoir se réfugier dans leurs propres maisons est la plus haute priorité à ce jour.

Le Christ nous appelle à le faire pour eux comme si nous le faisions pour Jésus lui-même. Nous sommes dans l’obligation d’agir en ce sens, cependant nous ne pouvons pas le faire seul. [pour savoir comment soutenir, cliquez ici ]

Quand tout ira mal, il m’abritera sous son toit, il me cachera dans sa tente, il me mettra sur un roc, hors d’atteinte (Psaume 27, 5).

Sincèrement vôtres,

Joseph Kassab,

Secrétaire Général du Synode Arabe (NESSL)

Le pasteur Joseph Kassab